CH1227 Agrandir l'image

L'entrée des jeunes dans la vie active

Courrier hebdomadaire n° 1227,
43 p., 1989

Plus de détails

Référence : CH1227


3,70 € TTC

+ de 25 exemplaires? Contactez-nous.

En savoir plus

Ces dernières années, le seuil d'entrée dans la vie active a été affecté par la baisse du taux d'activité des jeunes et par l'augmentation des taux de scolarisation, en relation notamment avec l'allongement de la scolarité. Les situations intermédiaires entre école, travail, formation et inactivité se sont multipliées. Davantage sans doute encore que les adultes, les jeunes sont aujourd'hui, en grand nombre, concernés par les situations nouvelles proches des frontières entre inactivité, emploi et chômage et notamment par les situations intermédiaires entre formation et emploi. Pour cette génération, il s'impose plus encore de parler d'enseignements et de formations, d'emplois et de chômages. Un véritable 'continuum' des positions dans la population active s'est substitué aux catégorisations plus nettes du passé. Il y a eu depuis les années de crise, diversification des situations d'emploi, avec association plus fréquente de l'emploi et de l'activité de formation, avec des cas plus nombreux d'emploi moins complet ou plus précaire que souhaité. De même, on observe dans la trajectoire d'une même personne, une alternance de périodes d'emploi et de périodes de chômage. Les dimensions temporelles sont en effet essentielles, qu'il s'agisse du travail intérimaire, de contrats à durée déterminée, de travail à temps partiel. Les catégories de la population active sont bien souvent hétérogènes, leurs limites parfois imprécises. Un certain seuil d'information est toutefois acquis en ce qui les concerne. Ce n'est pas le cas des disponibilités latentes, non enregistrées, de main d'oeuvre dans la population inactive. Par rapport aux pays voisins, nous disposons de peu de données agrégées susceptibles de faire l'objet d'une exploitation rapide et systématique en vue de la compréhension des transformations de la population active, de l'emploi et du chômage. De plus, les informations aisément accessibles dans ce domaine ne nous donnent le plus souvent qu'une information relativement grossière. L'examen des données disponibles réalisé ici tempère quelque peu ce pessimisme. En effet, il apparaît, comme on le verra ci-dessous, que nous disposons potentiellement en Belgique d'une base d'informations considérable sur la formation, l'emploi et le chômage, qui laisse entrevoir de nouvelles possibilités d'analyse du fonctionnement du marché du travail et en particulier des modalités de l'insertion professionnelle des jeunes. Le présent Courrier hebdomadaire rend compte d'une étude menée au CRISP dans le courant de l'année 1987 à la demande du ministre de la Communauté française ayant la formation dans ses attributions, préalable à la mise en place d'un système permanent d'observation de l'entrée dans la vie active. La réalisation de ce travail a bénéficié des apports du Comité pour l'étude des problèmes de l'emploi et du chômage-CEPEC, ainsi que des informations collectées et des avis recueillis au cours des entretiens qui furent menés dans ce cadre. La demande doit être interprétée à la lumière de préoccupations dont certaines sont davantage d'ordre scientifique et d'autres davantage d'ordre social et politique. Il y a certes unanimité dans les divers milieux concernés pour souhaiter que tout soit mis en oeuvre pour la meilleure connaissance possible des situations relatives à la sortie de l'enseignement et à l'entrée dans la vie active, situations qui sont dans les faits d'une complexité de plus en plus grande. Mais une autre préoccupation existe simultanément chez les décideurs et chez ceux qui, représentants d'intérêts sociaux divers, sont appelés à se prononcer à l'un ou l'autre stade des processus de décision : celle de disposer d'indicateurs de résultats de politiques qui ont été ou qui sont menées et de disposer d'instruments de prévision. La préoccupation de saisir les flux d'insertion et de cheminement dans la vie active occupe une position centrale. L'intérêt d'une saisie des flux, notamment entre enseignement et marché de l'emploi, et, de façon plus générale, d'une amélioration de l'appareil statistique est unanimement reconnu de longue date. Les informations disponibles portent toutefois sur des stocks dont les variations résultent de mouvements en sens divers. Elles posent parfois elles-mêmes problème en termes de définitions, de comparabilité,... Les flux seuls permettraient de connaître avec précision la mobilité entre une situation ou une catégorie et une autre, sans négliger les éventuelles rentrées dans une catégorie d'appartenance antérieure, ainsi que la mobilité dans ses dimensions temporelles, c'est-à-dire en termes de durée d'appartenance à une catégorie. La connaissance des flux présenterait d'autant plus d'intérêt aujourd'hui que se sont multipliés des situations et statuts intermédiaires et atypiques, que sont intervenues des modifications à la limite entre population inactive et population active et entre les diverses catégories de la population active, que s'est accéléré enfin le rythme des passages entre catégories. Toutes ces évolutions touchent les jeunes, souvent avec une intensité plus grande que d'autres classes d'âge. Trois parties constituent ce Courrier hebdomadaire : une première partie est consacrée aux aspects institutionnels et politiques liés à la détention et à la production de données

Panier 0 Produit Produits (vide)    

Aucun produit

À définir Livraison
0,00 € Total

Commander

Produit ajouté au panier avec succès
Quantité
Total
Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.
Total produits
Frais de port  À définir
Total
Continuer mes achats Commander