Le service minimum dans les prisons belges : une pomme de discorde

Une grève de 32 heures a été organisée les 8 et 9 février 2018 dans le monde carcéral belge pour réclamer le respect des engagements budgétaires du gouvernement en vue d’améliorer les conditions de travail des agents pénitentiaires. Incidemment, cette revendication implique, du moins peut-on le supposer, une amélioration des conditions de vie des détenus, alors même que cette action de grève a, dans l’immédiat, des répercussions néfastes sur lesdites conditions de détention. Quels sont les termes de ce paradoxe ? Et quelles sont les positions des parties en présence ?

Découvrez le dossier « Syndicalisme : un mouvement social sous pression. Forces et faiblesses d’un contre-pouvoir » dans le nouveau numéro de Politique, revue belge d’analyse et de débat.


Sommaire de la revue

Télécharger le document

Les commentaires sont fermés.