Livre1 Agrandir l'image

Congo 1960 (co-édition INEP)

Livre (3 volumes),
par J. Gérard-Libois et B. Verhaegen, 1120 p., 1961

Plus de détails

Référence : Livre1


Cette publication n'est plus en stock

22,80 € TTC

En savoir plus

La crise congolaise a posé, même pour les observateurs les plus avertis, un nombre considérable de questions et de problèmes auxquels il est fort difficile de répondre. Personne, en effet, même parmi ceux qui prédisaient une crise grave au Congo, n'avait prévu le déclenchement des événements tel qu'il s'est produit, ni le Cours de leur déroulement, ni leurs conséquences extrêmes. La tentation est forte devant tant de faits et de comportements surprenants, posant autant d'énigmes, de répondre en imaginant des complots et le jeu machiavélique de certaines puissances « occultes » ou de certaines forces politiques ou financières toutes puissantes. Tant dans l'opinion congolaise que belge et internationale, l'année 1960 au Congo fut par excellence une année de complots. Avant la Table Ronde politique au début du mois de janvier 1960, ce fut après beaucoup de réticences que les leaders congolais du Cartel Abako acceptèrent de se rendre à la Table Ronde, alors que dès le 16 décembre, le ministre du Congo avait annoncé l'indépendance en 1960. Cette proposition, qui définissait en fait le plan de décolonisation le plus radical qui eut jamais été appliqué dans une colonie, leur paraissait cacher des manœuvres colonialistes. Cette suspicion n'est sans doute pas étrangère à l'éclat qui amena M. Kasavubu à quitter la Table Ronde. Plus tard, la Belgique fut accusée d'avoir accordé l'indépendance politique dans la hâte parce que le Congo commençait à lui coûter trop cher. Au moment de renvoi des renforts de troupes belges au Congo et de la nomination d'un troisième ministre, plusieurs leaders nationalistes accusèrent la Belgique de préparer une guerre coloniale et M. Ganshof de vouloir installer un « gouvernement fantoche» dévoué aux seuls intérêts belges. A la même époque en Belgique et dans les partis modérés au Congo, on accusait certains leaders congolais, d'être liés aux communistes et aux pays de l'Est. Un seul voyage à Berlin-Est ou à Prague suffisait pour déclencher la suspicion. La formation du gouvernement central et des gouvernements provinciaux fut l'occasion de dénoncer une série impressionnante de complots dont certains n'étaient d'ailleurs pas imaginaires. Après le 1er juillet, la fréquence des « complots» s'accrut, mais cette fois, ils devaient marquer, parfois de manière implacable, l'évolution des événements. Par le fait même ils perdaient leur caractère de gratuité pour s'inscrire dans une action politique concertée. Le 4 juillet, le Premier Ministre Lumumba dénonçait l'agissement de certains Belges qui complotaient contre le gouvernement. Le 6 juillet, il y eut le « complot» du Général Janssens et de certains officiers , le 8, le premier ministre dénonçait la tentative d'attentat de 4 officiers belges contre sa personne. En Belgique, le gouvernement beige et une partie de la presse accréditaient la version soit d'un complot communiste dans la Force Publique, soit d'un plan machiavélique de M. Lumumba tendant à épurer le Congo des fonctionnaires et des officiers belges. Il fut souvent question, même à la Chambre, d'un bateau polonais rempli d'armes à l'embouchure du Congo. On ne put jamais en vérifier l'existence. Pendant ce temps à Léopoldville la deuxième mutinerie du camp Léopold II était provoquée en grande partie par la rumeur de l'arrivée des Russes à Ndjili. Les Nations-Unies et la personne du secrétaire général. que sa qualité de Suédois rendit à un certain moment suspect, eurent leur part de reproches et de suspicion. Peu de pays étrangers échappèrent aux critiques et à la méfiance de la part de l'un ou l'autre camp. S il est exact que plusieurs de ces accusations de « complots» prenaient place dans une action politique déterminée, que ce soit en faveur de l'un ou l'autre camp, il n'en reste pas moins vrai que leur succès est le fruit d'une crédulité étonnante de la part de toute l'opinion publique, aussi bien internationale et belge que congolaise, à l'égard des événements du Congo […]

Panier 0 Produit Produits (vide)    

Aucun produit

À définir Livraison
0,00 € Total

Commander

Produit ajouté au panier avec succès
Quantité
Total
Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.
Total produits
Frais de port  À définir
Total
Continuer mes achats Commander