Livre7 Agrandir l'image

Congo 1962 (co-édition INEP)

Livre,
par J. Gérard-Libois et B. Verhaegen, 464 p., 1963

Plus de détails

Référence : Livre7


Cette publication n'est plus en stock

22,90 € TTC

En savoir plus

Le premier gouvernement présidé par M, Adoula fut investi le 2 août 1961 par les Chambres réunies en session extraordinaire à Lovanium. L'activité du gouvernement durant tannée 1961 se concentra sur trois points: 1) La recherche d'une reconnaissance internationale: la participation du Congo à la conférence de Belgrade fut la tentative la plus spectaculaire de la politique étrangère du gouvernement; 2) la reconquête de l'unité du Congo par la fin de la sécession katangaise: les accords de Kitona en décembre 1961 donnèrent momentanément t illusion d'une réussite en ce domaine; 3) le maintien de l'unité du gouvernement: le départ de M. Gizenga, vice-premier ministre, pour Stanleyville en octobre 1961 annonça l'échec de cette politique. Ces événements ont été présentés et commentés dans un ouvrage précédent du C.R.I.S.P. : CONGO 1961. L'année 1962 fut dominée par deux problèmes politiques fondamentaux : celui des structures de la République et celui de la résorption de la dissidence katangaise. Ces deux problèmes sont traités respectivement dans les parties II et III de cet ouvrage. La première partie est consacrée à la présentation de la politique intérieure du Gouvernement Adoula et, en particulier, de ses relations avec l'opposition. Une place importante a été réservée aux déclarations des principaux représentants des groupes politiques à Léopoldville. L'inefficacité concrète de la plupart de ces interventions ne peut faire oublier leur importance en tant que témoignage de l'idéologie nationaliste. Les politiciens furent confrontés durant l'année 1962 avec une mutation profonde des institutions et des structures de la République qui aboutit à retirer la direction effective du pays des mains des parlementaires. La sécession katangaise fut résorbée grâce au jeu combiné d'une action diplomatique internationale et d'une offensive militaire des Nations Unies. La réalisation des nouvelles provinces fut opérée sous la pression des forces politiques locales et avalisée par un Parlement débordé. C'est aux forces syndicales qu'incomba le rôle de livrer une bataille d'arrière-garde pour le maintien des institutions politiques nationales, Enfin les principales forces de la République, l'armée et l'administration, affermirent au cours de l'année 1962, et sans doute pour longtemps, leur emprise sur la vie politique nationale, amorçant l'évolution progressive du régime parlementaire vers une bureaucratie militaire. Il est sans doute encore trop tôt pour considérer la direction de cette évolution comme définitive, mais on peut néanmoins souligner, dès à présent, une constante des structures congolaises qui s'est manifestée tant à travers la période coloniale, qu'à travers la crise des années 1960 et 1961 et à travers la stabilisation de 1962 : l'importance fondamentale de l'administration et de l'armée au détriment des institutions et des forces spécifiquement politiques. Le rôle et l'état actuel des forces économiques n'ont pas été analysés dans cet ouvrage. Ceci ne veut pas dire qu'ils ne soient pas importants, et sans doute maintenant plus que jamais. Nous renvoyons le lecteur aux différentes analyses et documents publiés par la revue Études Congolaises et notamment le dossier: « Situation Économique et Financière du Congo en 1962 », paru dans le n° 3 de mars 1963. Malgré le succès croissant rencontré par nos publications précédentes: Congo 1959, Congo 1960 et Congo 1961, nous sommes conscients des imperfections de ces travaux : certains documents et faits importants ne sont pas cités ou reproduits, des secteurs entiers de la vie politique ne sont pas traités, tels l'influence des groupes de pression internationaux et celle des forces économiques; une place trop grande est accordée aux déclarations, dont l'importance concrète est souvent minime, au détriment des jeux de couloir et des pressions discrètes, mais efficaces etc… C'est pourquoi la lecture et l'utilisation d'un tel ouvrage ne peuvent déboucher sur des généralisations et des conclusions même partielles. Des informations et des analyses complémentaires demeurent indispensables avant de pouvoir utilement interpréter l'évolution politique du Congo. Le souhait des auteurs est que le travail entrepris ici soit poursuivi, complété, amélioré par les chercheurs et les étudiants africains auxquels incombe la charge d'écrire leur propre histoire.

Panier 0 Produit Produits (vide)    

Aucun produit

À définir Livraison
0,00 € Total

Commander

Produit ajouté au panier avec succès
Quantité
Total
Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.
Total produits
Frais de port  À définir
Total
Continuer mes achats Commander