CH1487 Agrandir l'image

Les soins palliatifs en Belgique

Courrier hebdomadaire n° 1487,
par B. Conter, 37 p., 1995

Plus de détails

Référence : CH1487


Épuisé, disponible en photocopies ou au format PDF sur www.cairn.info

3,70 € TTC

+ de 25 exemplaires? Contactez-nous.

En savoir plus

Les soins palliatifs sont les soins globaux nécessaires durant le stade terminal de la maladie lorsque les traitements curatifs ne sont plus efficaces. On vise alors la qualité de la vie du patient et de sa famille en répondant aux besoins tant physiques (contrôle de la douleur et des autres symptômes) que psychologiques, sociaux et spirituels. Ils impliquent de la part du patient, de son entourage et du corps médical, la reconnaissance et l'acceptation de l'issue fatale de la maladie. En ce sens, ils constituent une façon nouvelle d'approcher les derniers instants de vie de certains malades terminaux. En effet, dans notre société où la mort est évoquée très souvent dans les médias, la mort des proches est par contre médicalisée, confiée à un personnel spécialisé loin du toit familial. Depuis la seconde guerre mondiale, la médecine et les techniques médicales ont évolué considérablement, entraînant de nouveaux questionnements éthiques. Ceux-ci sont d'une importance telle pour l'homme et de natures si diverses qu'ils ont favorisé l'émergence d'une discipline nouvelle, la bioéthique. La réflexion bioéthique s'intéresse à la procréation, la naissance, la maladie et la mort en liaison avec les recherches et progrès de la science en ces matières. Les événements, progrès médicaux ou maladies qui interpellent l'homme sur sa condition et son devenir sont en effet nombreux : 'nouvelles naissances' (inséminations artificielles, mères porteuses, etc.), manipulations génétiques, dons d'organes, réanimations, comas artificiels, etc. Dans le domaine de la vie finissante, les évolutions techniques les plus significatives sont les progrès thérapeutiques relatifs au traitement de maladies graves (radiothérapie, chimiothérapie), le développement des moyens de réanimation et l'apparition des soins intensifs. Les soins intensifs ont pour objet d'aider les patients se trouvant dans une situation critique du point de vue physique, à s'en sortir. Il s'agit essentiellement d'assister ou de remplacer pour un temps des fonctions vitales dont le mauvais fonctionnement ou l'arrêt entraînent des conséquences graves ou la mort. Ainsi, selon les fonctions déficientes d'une personne, on pourra la nourrir par perfusion, pallier une perturbation de la fonction rénale par la dialyse (le rein artificiel), maintenir l'oxygénation du sang grâce à un respirateur artificiel, ou stimuler la circulation sanguine. Les techniques de soins intensifs comportent enfin une série de mesures visant à la propreté, l'état de la peau, l'asepsie. Le recours à ces techniques a permis à de nombreux patients de garder la vie mais peut aussi entraîner des situations paradoxales où la combinaison des techniques de survie mobilisées ne fait que maintenir artificiellement en vie des personnes. Les critères simples et traditionnels qui définissaient autrefois la mort d'un être humain sont aujourd'hui inopérants (1). L'absence de battements du coeur et de respiration ne suffisent plus pour décréter qu'un individu est mort. 'Les techniques de soins intensifs ont «dilué» la mort'. La mort n'est plus un 'événement ponctuel' (arrêt du coeur et de la respiration) mais un phénomène 'qui dure' et touche successivement toutes les parties du corps. Aujourd'hui, les médecins se sont mis d'accord sur un critère de définition de la mort : est considéré comme mort un être humain dont l'électroencéphalogramme est plat et dont le cerveau n'est plus irrigué. Car si un coeur qui s'arrête peut repartir, un cerveau qui n'est plus alimenté en oxygène dégénère très rapidement. Mais on peut maintenir artificiellement l'irrigation du cerveau. C'est dans ce cas notamment que se pose le problème de l'acharnement thérapeutique. On peut arriver à des situations où, pour voir si c'est la machine qui maintient l'homme en vie, il faut prendre le risque de débrancher. Ce risque ne se prend que lorsque les médecins estiment avoir entrepris toutes les démarches utiles pour ramener le malade à la vie. Mais il est bien difficile d'estimer avoir tout fait
Panier 0 Produit Produits (vide)    

Aucun produit

À définir Livraison
0,00 € Total

Commander

Produit ajouté au panier avec succès
Quantité
Total
Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.
Total produits
Frais de port  À définir
Total
Continuer mes achats Commander