CH1232-1233 Agrandir l'image

Les nouvelles institutions bruxelloises

Courrier hebdomadaire n° 1232-1233,
par S. Loumaye, 55 p., 1989

Plus de détails

Référence : CH1232-1233


Épuisé, disponible en photocopies ou au format PDF sur www.cairn.info

7,40 € TTC

+ de 25 exemplaires? Contactez-nous.

En savoir plus

Le 12 janvier 1989 était votée une loi spéciale relative aux institutions bruxelloises (1), qui met un terme au long processus de réformes institutionnelles (2) ayant débuté en 1970, date à laquelle un article 107quater prévoyant l'existence d'une région bruxelloise était inséré dans la Constitution ; sans qu'elle ait été pour autant organisée dans les faits. Cette loi présente une certaine complexité qui reflète l'état des rapports de force politiques qui a présidé à son adoption. L'accord entre les francophones et les néerlandophones de la majorité qui a présidé à l'adoption de la loi spéciale a eu pour objectif de rationaliser et de réorganiser les institutions bruxelloises par un texte juridique complexe, mais confiant l'exercice des diverses compétences aux mêmes personnes, toutes bruxelloises. Pour des raisons politiques et linguistiques (majorités différentes) ainsi que juridiques (compétences et niveaux de pouvoir différents), c'est par les personnes que la simplification des institutions bruxelloises a été opérée. Ce sont en effet les mêmes 75 personnes élues tous les 5 ans par les électeurs des 19 communes bruxelloises qui, éventuellement linguistiquement séparées, dans des institutions distinctes avec des personnalités juridiques distinctes, exerceront à Bruxelles des compétences distinctes à des niveaux de pouvoir distincts et par des normes distinctes. Avant de parcourir les dispositions de la loi spéciale, il convient de donner un aperçu global des institutions bruxelloises. Les institutions bruxelloises, dotées chacune de la personnalité juridique, sont au nombre de cinq. La première institution est compétente en matière régionale, la seconde en matière d'agglomération, et les trois dernières, à des niveaux différents, en matière communautaire. La Région de Bruxelles-capitale est l'institution compétente en matière régionale, en vertu de l'article 107quater de la Constitution. Organisée dans le livre premier de la loi spéciale, elle a pour organes le Conseil de la Région de Bruxelles-capitale et l'Exécutif de la Région de Bruxelles-capitale. Le pouvoir de légiférer par ordonnance est exercé collectivement par le Conseil et l'Exécutif. L'Exécutif adopte des règlements et arrêtés d'exécution. La Région de Bruxelles-capitale est une collectivité politique autonome. L'Agglomération bruxelloise reste l'institution compétente en matière d'agglomération en vertu de l'article 108ter § 2 de la Constitution. Le livre deux organise l'exercice de ces compétences par les organes de la Région, à savoir le Conseil et l'Exécutif. Le Conseil de la Région de Bruxelles-capitale adopte des règlements d'agglomération et l'Exécutif des arrêtés d'exécution. L'Agglomération est un pouvoir subordonné. La Commission communautaire commune est l'institution compétente en matière bipersonnalisable en vertu de l'article 59bis § 4bis al. 2 de la Constitution. Elle a pour organes l'assemblée réunie et le collège réuni. Le pouvoir de légiférer par ordonnance est exercé collectivement par l'assemblée réunie et le collège réuni. Le collège réuni adopte des règlements et des arrêtés d'exécution. La Commission communautaire commune est une collectivité politique autonome. La même Commission communautaire commune composée des mêmes organes est également l'institution compétente (comme pouvoir organisateur) en matière monocommunautaire d'intérêt commun en vertu de l'article 108ter § 3 al. 2, 3° de la Constitution. Le pouvoir réglementaire est exercé collectivement par l'assemblée réunie et le collège réuni. Le collège réuni adopte des arrêtés d'exécution. La Commission communautaire commune agit dans ce cas-ci comme pouvoir subordonné. La Commission communautaire française est l'institution compétente en matière monocommunautaire en vertu de l'article 108ter § 3 al. 2, 1° de la Constitution. Elle a pour organes le groupe linguistique français et le collège (français). Le pouvoir réglementaire est exercé collectivement par le groupe linguistique français et le collège. Le collège adopte les arrêtés d'exécution. La Commission communautaire française est un pouvoir subordonné. En vertu de l'article 108ter § 3 al. 2, 2° de la Constitution, la Commission communautaire française peut exercer également des 'compétences réglementaires déléguées' par décret-cadre de la Communauté française. Le collège exécute par voie d'arrêté ces règlements. La Commission communautaire flamande est le pendant néerlandophone de la Commission communautaire française. Elle est l'institution compétente en matière monocommunautaire en vertu de l'article 108ter § 3 al. 2, 1° de la Constitution. Elle a pour organes le groupe linguistique néerlandais et le collège (néerlandais). Le pouvoir réglementaire est exercé collectivement par le groupe linguistique néerlandais et le collège. Le collège adopte des arrêtés d'exécution. La Commission communautaire flamande est un pouvoir subordonné. En vertu de l'article 108ter § 3 al. 2, 2°, la Commission communautaire flamande peut exercer 'des compétences réglementaires déléguées' par décret-cadre de la Communauté flamande. Le collège exécute par voie d'arrêté ces règlements. (1) Moniteur belge du 14 janvier 1989. Pour des raisons de lisibilité, cette loi sera dite 'la loi spéciale' dans la suite du texte. (2) Voir à cet égard, PHILIPPE DE BRUYCKER, Bruxelles dans la réforme de l'Etat, Courrier hebdomadaire, CRISP, No 1230-1231, 1989.
Panier 0 Produit Produits (vide)    

Aucun produit

À définir Livraison
0,00 € Total

Commander

Produit ajouté au panier avec succès
Quantité
Total
Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.
Total produits
Frais de port  À définir
Total
Continuer mes achats Commander