Afin de vous proposer le meilleur service possible, La librairie du CRISP utilise des cookies. En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation.
J'accepte
D15 Agrandir l'image

Dossier pour Wallonie 2000

Dossier n° 15,
90 p., 1982

Plus de détails

Référence : D15

ISBN : 978-2-87075-002-5


Cette publication n'est plus en stock

3,70 € TTC

En savoir plus

L'avenir n'est plus ce qu'il était. La vieille phrase de Valéry se répercute aujourd'hui de manière plus forte encore qu'au moment où elle a été écrite, Le monde a changé, les années 60 sont oubliées. Des doutes se sont installés chez beaucoup qui s'insinuent partout. On recherche non pas de nouvelles certitudes, mais au moins de nouveaux points de repère. On ne s'étonnera pas que des Wallons veuillent s'interroger sur l'avenir de leur région, Ils savent qu'ils habitent une zone aujourd’hui en vieillissement au milieu d 'un Occident globalement en crise. Pourquoi un tel dossier ? Pourquoi résulte-t-il de la collaboration du CRISP et d'un centre wallon de la R.T.B.F. ? Les objectifs du CRISP sont clairs et convergents avec son activité normale. Il s'agit pour le CRISP d'assurer à la collecte d'informations et à la réflexion, qui sont ses activités de base, un retentissement plus fort que d'habitude. Par l'intermédiaire de la Radio/Télévision, un relais explicite pourra être organisé vers les divers publics intéressés : d'abord le public traditionnel des lecteurs des dossiers du CRISP (leaders d' opinion, experts, militants d'organisations diverses), mais d'autre part, de manière plus large, l'ensemble du public de la Radio/Télévision. C'était aussi l'intention du CRISP de s'associer, en son début, à une opération plus large: lOpération Wallonie 2000. Mais pourquoi la R.T.B.F. et spécialement un centre wallon co-producteur de ce dossier ? C'est une des vertus de la crise que de rendre plus aiguë encore notre perception d'une réalité cardinale : la Radio/Télévision, instrument désormais crucial de communication dans une collectivité, est dans ses modes de fonctionnement, dans sa production, dans ses actions extérieures et dans son existence même, liée au destin de la collectivité où elle s'insère. Pour être simple: dans un désert wallon, pas d'oasis culturelle et radio-télévisée. La liaison entre le général (la collectivité wallonne) et le particulier (la radio-télévision) n'est pas une relation simple et mécanique. Qu'il suffise de se rendre compte que les rythmes de mutation peuvent être décalés dans le temps. C'est ainsi que la décentralisation de la R.T.B. a précédé de plusieurs années la régionalisation qui est en train de se mettre en place en Wallonie. Il y avait déjà là la volonté de la part de la R.T.B. de s'inscrire comme un élément de réponse à la crise culturelle wallonne de l'époque. Depuis lors, la crise s'est élargie et la nécessité d'une intégration de la radio-télévision dans le développement général est devenue encore plus patente. Ce n'est pas en effet seulement comme miroir culturel répercutant par exemple les productions d'autres créateurs ou groupes de création de Wallonie que le rôle de la radio-télévision est essentiel. Le présent Dossier n'a pas la prétention de rivaliser, ni en exhaustivité ni en précision, avec des recueils ou des études statistiques. Ne s'adressant pas à un public de spécialistes, on a voulu y faire prévaloir avant tout une préoccupation de lisibilité. Des séries systématiques de données à l'échelle de la région wallonne n'existent que depuis les années immédiatement antérieures à 1970. Dans un certain nombre de cas, pour les années précédentes, et parfois même pour toute la période, les données fournies ici concernent les quatre provinces complètement wallonnes (et non la totalité de la région). Les sources consultées sont multiples: publications de l'Institut national de statistique, en premier lieu, mais également d'autres organismes, publics ou privés : organes consultatifs, organismes de crédit, fédérations patronales et syndicales, professionnelles et interprofessionnelles,... Beaucoup d'auteurs, enfin, ont consacré aux divers aspects évoqués ici des ouvrages, souvent d'un volume bien plus important que le présent Dossier. La Wallonie est saisie ici dans les limites qui sont aujourd'hui légalement les siennes (loi du 8 août 1 980, art. 2) : elle comprend le territoire des provinces de Hainaut, de Liège, de Luxembourg et de Namur, ainsi que le territoire de l'arrondissement administratif de Nivelles. La région de langue allemande s'y trouve donc incluse. Cette délimitation étant prise en considération, cela ne veut pas dire que l'on ignore ce qui se passe au-delà de la dimension régionale et qui peut avoir une signification ou un impact pour la région. Non seulement, la référence au cadre national est bien souvent nécessaire, non seulement la communauté française de Belgique constitue pour bien des matières le cadre de référence le plus approprié, mais en outre des décisions de grande portée pour la Wallonie ont été prises, au cours de la période 1960-1980, en dehors des frontières de la Wallonie et notamment par des centres de décision privés : citons la création du complexe sidérurgique Sidmar à Gand (avec ses effets sur la sidérurgie wallonne) et le transfert de la section française de l'Université catholique de Louvain (avec ses effets en termes d'implantation universitaire et d'urbanisation nouvelle dans le Brabant Wallon), sans même évoquer l'extension prise par le mouvement d'internationalisation de la vie économique (avec ses effets sur la structure de propriété d'entreprises aussi importantes pour la Wallonie que Glaverbel, ACEC, Fabelta,...) Le choix d'une délimitation précise de la région et la volonté de saisir à cette échelle un certain nombre de réalités culturelles, sociales, économiques et politiques ne signifient pas davantage que l'on ignore la diversité de situations que l'on y rencontre. La Wallonie n'est pas homogène. La diversité wallonne plonge ses racines dans l'histoire. Les dialectes wallons ne couvrent pas la totalité de la Wallonie (et n'en débordent guère) : non seulement, la Wallonie comprend une minorité germanophone mais, même dans le domaine roman, elle comporte des dialectes picards et gaumais. La fidélité aux patois, qui y prend aujourd'hui en bien des endroits une nouvelle vigueur, contraste d'ailleurs fortement avec la volonté de normalisation de la langue que l'on peut observer dans la communauté flamande. La Wallonie compte des villes à l'histoire déjà longue, des zones où l'industrialisation s'est faite il y a un siècle ou un siècle et demi voire davantage, des zonings de création récente, un centre urbain (Louvain-la-Neuve) inexistant il y a vingt ans. Elle compte par ailleurs de vastes étendues rurales, cultivées ou boisées, que parsèment quantité de villages et de bourgs. La Wallonie est diverse, comme les paysages qu'on rencontre en la traversant. Cette diversité est aussi celle des comportements, des traditions et des vocations, des habitudes et des choix. Cette diversité n'est pas ici méconnue, même s'il est d'autant plus difficile d'en rendre compte valablement que l'objet du Dossier est de saisir, au niveau de toute la Wallonie, un certain nombre de réalités culturelles, sociales, économiques et politiques. La première et la plus importante partie de ce Dossier illustre une évolution régionale de vingt ans. Mais il est bien évident qu'il n'y a pas de point de départ absolu : des évolutions étaient à l'œuvre avant le commencement de la période étudiée, parfois même sans se manifester ouvertement et être perçues nettement. Il est bien évident aussi qu'il n'y a pas d'évolution linéaire, et que, parmi les changements observés le plus récemment dans la société wallonne, certains peuvent paraître se produire à contre-courant des évolutions qu'on observait jusque-là. Ces remarques sont nécessaires pour mettre en garde contre une lecture trop rapide du présent Dossier.'