Afin de vous proposer le meilleur service possible, La librairie du CRISP utilise des cookies. En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation.
J'accepte
CH1432-1433 Agrandir l'image

L'Union européenne et la présidence belge - Juillet-décembre 1993

Courrier hebdomadaire n° 1432-1433,
par C. Franck et T. de Wilde d'Estmael, 66 p., 1994

Plus de détails

Référence : CH1432-1433


7,40 € TTC

+ de 25 exemplaires? Contactez-nous.

En savoir plus

Lorsque la Belgique prend la présidence du Conseil des Communautés au 1er juillet 1993, la construction européenne se trouve engagée depuis quelques mois dans un retournement de conjoncture. De juin 1984 à février 1992, elle avait progressé sur la voie de la stabilité budgétaire, de la formation d'un grand marché unique, d'une union économique et monétaire et d'une politique étrangère et de sécurité commune, le tout constituant l'Union européenne. Le Conseil européen de Fontainebleau, en juin 1984, avait trouvé une solution au problème de la contribution britannique posé depuis 1979 par le Premier ministre britannique Margaret Thatcher. Un an plus tard, celui de Milan convoquait la conférence intergouvernementale qui aboutissait à l'Acte unique européen signé en février 1986, alors que la Communauté s'élargit à l'Espagne et au Portugal. Un Conseil européen extraordinaire en février 1988 assure la sécurité budgétaire jusqu'à fin 1992. En juin 1989, c'est la marche vers l'union économique et monétaire qui prend son départ au Conseil européen de Madrid. A Strasbourg, en décembre 1989, les chefs d'Etats et de gouvernement lient le soutien à la réunification allemande à un approfondissement qui aurait pour élément substantiel un engagement allemand envers l'union économique et monétaire. A la mi-décembre 1990, le Conseil européen de Rome marque l'ouverture des conférences intergouvernementales sur l'union économique et monétaire et l'union politique qui aboutit au traité sur l'Union européenne signé à Maastricht le 7 février 1992. Pour la fin de l'année, le grand marché doit être réalisé et le traité de Maastricht entré en vigueur. Ainsi la période 1984-1992 apparaît comme la troisième période de relance et d'avancée de la construction européenne, après les années 1955-1957 (relance de Messine, négociations de Val Duchesse) qui conduisent à la signature des traités de Rome et celles, 1969-1972, qui sont marquées par les sommets de La Haye (décembre 1969), où l'on convient du tryptique 'achèvement, approfondissement, élargissement', et par le Sommet de Paris (octobre 1972) qui programme l'Union européenne et l'union économique et monétaire pour 1980. Le débat sur la ratification du traité de Maastricht marque un retournement de tendance qui met un terme aux avancées successives de la période 1984-1992. Le référendum danois du 2 juin 1992 (50,7% de 'non') et la courte majorité du 'oui' (51,1%) au référendum français du 20 septembre manifestent le décalage entre de larges fractions de l'opinion publique, lorsque celle-ci est directement consultée, et les objectifs et implications de l'Union européenne. Le long débat et le vote serré à la Chambre des communes ainsi que les recours contre le traité auprès de la Cour constitutionnelle allemande confirment les interrogations et réticences que les approbations par voie parlementaire relativement aisées dans les autres pays ne suffisent pas à dissiper. Le désenchantement au sein de l'Union doit sans doute beaucoup à l'irrépressible avancée du chômage et à une faible croissance. Celle-ci stagne autour des 2%, celui-là atteint près de 17 millions de personnes. Préoccupée de maîtriser l'effet inflatoire des coûts de la réunification, l'Allemagne pratique une orthodoxie monétariste de taux d'intérêts élevés. Elle entretient aussi une pression spéculative qui anticipe une baisse des taux et une politique de relance chez les partenaires de l'Allemagne. Fin juillet 1993, la rigidité, ou la fermeté, de la Bundesbank, qui maintient son taux d'escompte, déclenche une fièvre spéculative qui oblige à élargir de 2,25 à 15% les marges de fluctuation au sein du Système monétaire européen, hypothéquant d'emblée l'avènement de la monnaie unique prévu au plus tôt pour 1997. Au chômage et à la fragilité monétaire s'ajoute l'impuissance de la future Union européenne à peser sur le cours de la guerre entre les républiques issues de l'ex-fédération yougoslave. Les divergences internes au sein des Douze quant à la reconnaissance de ces républiques et au recours à la force pour faire respecter les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU manifestent que cette 'grande puissance en train de naître', selon l'expression du président F. Mitterrand à Maastricht en décembre 1991 à propos de l'Union européenne, dispose d'une influence limitée à l'égard d'un conflit qui se déroule à sa frontière et qui provoque une crise de conscience de la civilisation européenne elle-même. En juillet 1993, lorsque la Belgique prend la présidence du Conseil des Communautés, on peut se demander si le traité de Maastricht, qui attend encore d'entrer en vigueur, ne tient pas surtout de la superstructure institutionnelle sans prise significative sur les réalités économiques et monétaires ou sur les crises politiques d'un voisinage immédiat. Tel est 'l'état de l'Union' au début du second semestre 1993. Six mois plus tard, après le Conseil européen de Bruxelles des 10 et 11 décembre, il apparaît sous un jour moins sombre. Les causes du désenchantement n'ont pas disparu. Mais la volonté politique de les affronter en mettant en oeuvre les moyens du traité de Maastricht a retrouvé une crédibilité. La présidence belge s'était donné deux objectifs majeurs et une règle de méthode : mettre en oeuvre les nouvelles dispositions du traité, accentuer la coordination et l'action communautaire pour relancer la croissance et juguler le chômage, d'une part