Afin de vous proposer le meilleur service possible, La librairie du CRISP utilise des cookies. En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation.
J'accepte
CH1363-1364 Agrandir l'image

Accords gouvernementaux, réformes institutionnelles et politique budgétaire : janvier-juin 1992

Courrier hebdomadaire n° 1363-1364,
60 p., 1992

Plus de détails

Référence : CH1363-1364


7,40 € TTC

+ de 25 exemplaires? Contactez-nous.

En savoir plus

Le gouvernement CVP-PS-SP-PSC formé après les élections législatives du 24 novembre 1991 est entré en fonction le 7 mars 1992. Auparavant, le 7 janvier a été élu l'exécutif de la Communauté française (PS-PSC) et le lendemain celui de la Région wallonne (PS-PSC). En Flandre, une partie de l'exécutif flamand – 7 membres (CVP-SP) sur 11 – fut élue le 21 janvier, un membre supplémentaire (VU/VVD) venant s'y adjoindre le 30 janvier (1). Chronologiquement ce sont les accords politiques de la Région wallonne et de la Communauté française qui furent négociés les premiers. Les négociations distinctes mais parallèles furent menées rapidement (entre le 28 décembre 1991 et le 2 janvier 1992) entre les partis qui constituaient déjà les exécutifs précédents. Les 'lignes de forces et priorités de la politique du gouvernement flamand' furent approuvées par les négociateurs CVP, SP et VU/VVD le 28 janvier. L'accord de gouvernement porte quant à lui la marque des phases de la formation du gouvernement qui ont précédé sa négociation, tardive mais extrêmement brève, du 25 au 28 février, par les négociateurs CVP, SP, PS et PSC. Le présent Courrier hebdomadaire présente, dans sa première partie, une analyse des accords gouvernementaux. Le contraste est frappant entre la concision de l'accord national et le caractère beaucoup plus détaillé des accords communautaires et régional. Une attention particulière est apportée aux modes de coopération prévus entre ces niveaux de pouvoirs. Chaque accord contient en effet des références à des formes de collaboration à développer sur certaines matières. La deuxième partie est consacrée à la réforme des institutions. Le contenu de l'accord gouvernemental – plus succinct encore en la matière que dans les autres parties – est situé par rapport aux étapes précédentes des discussions sur la 'troisième phase', aux programmes des partis et aux notes des formateur et informateur. Les discussions préparatoires au dialogue de communauté à communauté sont décrites jusqu'au 22 juin 1992, date à laquelle les présidents du dialogue formulèrent une proposition de plate-forme de négociation et invitèrent sept partis (PS, PSC, Ecolo, CVP, SP, VU, Agalev) à négocier. La troisième partie est consacrée à l'examen du début de la politique gouvernementale en matière budgétaire et dans la perspective de l'Union européenne. Un bref historique du processus d'intégration économique permet de situer d'une part les inflexions que les partis ont mises sur ce thème dans leur programme et d'autre part les premières mesures prises par le gouvernement. (1) Voir X. MABILLE et J. BRASSINNE, 'La formation du gouvernement et des exécutifs', Courrier hebdomadaire, CRISP, n° 1356, 1992.